fond superieur plante carnivore entretien

Drosera aliciae

Nom français : Rossolis d’Alice

Origine et milieux naturels

Drosera aliciae est originaire d’Afrique du Sud : Province du Cap, régions de Bainskloof, Hermanus et Silvermine, dans des marais humides au sol parfois très sableux. Le climat est tempéré, avec des étés modérément chauds et des hivers frais et humides.

Histoire et Etymologie

Drosera aliciae est publié en 1905 par un jeune français, Raymond Hamet (alors âgé de 15 ans), dans le “Journal de Botanique”. Il note que le nom aliciae est donné en l’honneur du Dr. Alice Rasse, qui l’aurait encouragé à étudier les Drosera en rosette, alors qu’il avait 14 ans. Son introduction en culture est d’autant plus rapide que la plante produit une grande quantité de graines après sa floraison, et qu’elle est particulièrement tolérante. Il est actuellement un des Drosera les plus cultivés.

Description

Drosera aliciae est une plante carnivore vivace terrestre. Elle produit une rosette circulaire de feuilles vert pâle spatulées, obovales, prostrées, de 1 à 3 cm de long, résultant en un diamètre total généralement compris entre 2 et 6 cm. La face supérieure des limbes est recouverte de poils glanduleux collants roses de 1 à 5 mm de long, les plus grands étant situés à l’apex. Le pétiole, de 2 à 5 mm de long, est glabre. Les bourgeons de feuilles naissantes arborent une pilosité dense, barrière contre les parasites. Les proies sont de petits insectes volants, notamment moucherons, qui sont emprisonnés et digérés sur les spatules collantes. L’apex du limbe a une capacité de repli, permettant à la feuille de mieux enserrer la proie pour optimiser la digestion.

Les racines sont peu nombreuses mais longues. Chaque année, une racine plus charnue et plus cassante que les autres se développe profondément.

Les fleurs, à cinq pétales roses-mauves, sont portées par des inflorescences de 30 à 40 cm. Chaque hampe produit généralement entre 10 et 50 fleurs mesurant 1 cm de diamètre. Chaque floraison produit des centaines de graines.

Substrat

Un mélange à base de tourbe blonde ou de sphaigne convient parfaitement. On peut ajouter différentes proportions de perlite ou de sable de quartz.

Humidité

Maintenez le sol humide entre le printemps et l’automne en utilisant de l’eau de pluie ou de l’eau déminéralisée. Un apport d’eau par le dessous (soucoupe sous le pot) est la méthode la plus simple à adopter, pour ne pas lessiver et salir la rosette.

Repos

La plante arrête naturellement sa croissance en automne, avec la baisse des températures et la diminution de la photopériode. Une croissance continue est possible mais déconseillée car cela affaiblit la plante.

Lumière

Mi-ombre ou plein soleil pour une belle coloration. Une rosette verte aux feuilles étiolées est symptomatique d’un manque de lumière.

Température

S’accommode des températures extérieures entre le printemps et l’automne. Il convient cependant de la mettre à l’ombre s’il fait plus de 30°C. À partir de l’automne, une période de fraîcheur, pendant laquelle elle se repose, lui est bénéfique. L’espèce tolère les faibles gelées et repart au printemps si les racines ne sont pas atteintes.

Parasites et maladies

Il faut surveiller régulièrement l’apparition de pucerons au centre de la rosette, sur les jeunes pousses et sur les hampes florales

PlanteCarnivore.fr : Tous droits réservés. Mentions légales.